Publié dans Actions

Opération « Forêt propre » au Chesnay

En association avec l’AVECh (Association Vie et Environnement au Chesnay), l’association EFR organise une opération forêt propre le samedi 9 juin de 10h à 12h, au niveau du Parc forestier de la Fosse aux Loups ; RdV avenue de la Bretèche, à mi-chemin entre la Place de la Brèche et l’entrée de l’école Blanche de Castille. (Parcelles 16, 17, 22).

Cet endroit est particulièrement sale, avec de nombreuses canettes, bouteilles d’eau et papiers de toute sorte, l’ensemble correspondant le plus souvent à des emballages de nourriture consommée par des élèves… Mais il y a encore aussi des conducteurs ou passagers de voitures qui se débarrassent de leurs déchets par les fenêtres de leurs véhicules…

S’il pleut, venez avec des bottes, il y aura de la boue ; apportez des sacs poubelle (sans liens détachables bien sûr) et des gants. Vous pouvez également vous munir d’un gilet fluo, une partie du ramassage se fera en bord de route.

Essayons, tous ensemble, de rendre une partie de sa beauté à la forêt et d’apprendre aux plus jeunes que maintenir la propreté est l’affaire de chacun !

 

Capture d’écran 2018-04-13 à 13.33.19.png

Publicités
Publié dans Brèves, On en parle dans la presse

Le printemps 2018 s’annonce silencieux dans les campagnes françaises

Nous sommes proches de la catastrophe écologique !

C’est ce qu’annonce le communiqué de presse conjoint CNRS / MNHN du 20 mars 2018.

… » Les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à une vitesse vertigineuse. En moyenne leurs populations se sont réduites d’un tiers en 15 ans… »

… » Cette disparition massive observée à différentes échelles est concomitante à l’intensification des pratiques agricoles ces 25 dernières années… »

… » fin des jachères imposées par la politique agricole commune, à la flambée des cours du blé, à la reprise du sur-amendement au nitrate permettant d’avoir du blé sur-protéiné et à la généralisation des néonicotinoïdes, insecticides neurotoxiques très persistants… »

http://www.mnhn.fr/sites/mnhn.fr/files/atoms/files/cp_mnhn-cnrs_oiseaux-campagnes_20032018.pdf

Publié dans Actions

Rencontre privilégiée avec des forestiers de l’ONF pour trois adhérents de l’EFR

La rencontre a lieu un lundi matin d’hiver, avec Mme De Brito, responsable de l’Unité Territoriale de Versailles et Mr Le Gougec, forestier sur Fausses-Reposes.

Les parcelles qui posent problème se situent dans la forêt de fausses-Reposes, en face d’immeubles de Parly 2 : en bordure de l’avenue de La Brèche les parcelles 22,16 et 15 ; et en arrière, jusqu’à l’A 13, les parcelles 23, 21, 20, 17, 16 et les parcelles 9, 19, 18 et 14.

Les promeneurs et autres usagers de ces parcelles se disent très tristes, déçus ou en colère de l’état de leur forêt :

1. Problème de « coupes rases » qui défigurent le paysage et celui de chênes semble-t’il abattus en pleine santé, ainsi que de tout ce qui reste au sol après ces coupes.
2. Problème de régénérescence naturelle (pousse d’arbres sans qu’on les ait plantés) qui ne semble pas avoir lieu.
3. Envahissement surtout en lisière par des ronciers et dépôts surtout par des élèves de l’école voisine de papiers, canettes et déchets divers (avec présence éventuelle de rats).
4. Inquiétude par rapport à des plantes invasives comme le laurier du Caucase.
5. État dégradé de la mare de la « Fosse aux Loups » ; parcours sportif à l’abandon.

IMG_1417        IMG_1420

Au début de l’entretien-promenade, Mme de Brito rappelle que la forêt de Fausses-Reposes est une « forêt de protection » (protection foncière et des écosystèmes) mais qu’elle peut être exploitée, exploitation qui est gérée par les forestiers de l’ONF.
Cette forêt périurbaine reste cependant une forêt d’accueil en priorité ; rappelons les trois objectifs de l’ONF dans ce type de forêt : accueil du public et donc sécurisation, maintien de la biodiversité et exploitation du bois (trois objectifs difficilement conciliables).

En ce qui concerne le problème 1, il est rappelé par les forestiers de l’ONF qu’il y aura de moins en moins de coupes rases : celles-ci sont terminées sauf s’il faut finir des contrats d’exploitation en cours. Pour l’Ile-de-France, l’ONF a décidé de changer son mode de gestion de futaie régulière (où tous les arbres plantés en même temps ont le même âge et seront abattus ensemble) en futaie irrégulière, où toutes les classes d’âges et tous les diamètres de troncs sont représentés.

Les troncs présents au sol seront dégagés dès que ce sera sec ; on ne peut pas faire intervenir des engins pour le débardage sur terrain trempé, cela abimerait trop le sol.

D’autre part, les forestiers nous assurent que si des arbres sont abattus en dehors des zones d’exploitation, c’est qu’ils sont « malades », et doivent être enlevés par sécurité ; ils risqueraient de tomber, éventuellement sur des usagers, en cas de tempête.

Problème 2 : S’il n’y a pas de repousse naturelle, l’ONF replantera de petits arbres.

Problème 3 : Des ronciers s’installent toujours après une coupe ; ils disparaîtront quand des arbres auront repoussé. Le souci de lisière très sale, encombrée de déchets et attirant les rats, est à voir également avec la mairie du Chesnay ; du personnel de l’ONF passe régulièrement couper et nettoyer.

Problème 4 : Les lauriers du Caucase envahissent beaucoup d’endroits de la forêt de fausses-Reposes ; pour le moment l’ONF n’a pas les moyens humains ni financiers de lutter contre. La question reste en suspend…

Problème 5 : En ce qui concerne la mare, Mme de Brito va se renseigner sur ce qu’il est possible de faire.
Le parcours sportif avait été voulu par la ville du Chesnay, à la ville de voir ce qu’elle désire en faire maintenant ; ce n’est pas du ressort de l’ONF.

Bilan : Il y a eu beaucoup de questions posées par les adhérents de l’association EFR ; les forestiers de l’ONF ont répondu à tout, peut-être pas toujours comme espéré. A la fin, si tous ont bénéficié de cette rencontre, c’est incontestable, on peut constater encore des points d’incertitude et/ou de déception.
On peut également se féliciter que calme et courtoisie ont été présents des deux côtés, même en cas de désaccords.

Publié dans Brèves, On en parle dans la presse

L’IPBES tient sa 6ème session plénière

L’IPBES, la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les systèmes écosystémiques, (le GIEC de la biodiversité) tient à Medellin, en Colombie, sa sixième session plénière.
750 scientifiques se penchent sur la biodiversité en crise : évaluation des dégâts causés à la faune, la flore et les sols.

Est-il nécessaire de rappeler que l’Homme a besoin de la Terre, mais que la Terre n’a pas besoin de nous ?

http://www.fondationbiodiversite.fr/en/actualite/147-contenus-francais.html

Publié dans On en parle dans la presse

France Nature Environnement et la polémique du défilé du grand couturier Chanel

Un débat intéressant, qui n’aurait peut-être suscité aucun intérêt il y a quelques années ; c’est donc un progrès. Si certains continuent de faire un peu n’importe quoi sans réfléchir, une prise de conscience a bien eu lieu ! Et vous, qu’en pensez-vous ?

COMMUNIQUE DE PRESSE

MERCREDI 14 MARS 2018

POLEMIQUE CHANEL : QUE PENSER DES REPONSES DE LA MARQUE ?

Les arbres abattus par Chanel pour réaliser le décor de son défilé du 6 mars au Grand palais ont suscité de nombreuses interrogations. La maison de couture a apporté quelques réponses. Qu’en pense France Nature Environnement ? Avant tout, que ce « fashion faux pas nature » doit inciter chacun à adopter une vision bien plus responsable et durable des forêts et du bois.

Polémique Chanel : la promesse de nature ne peut pas être qu’une promesse

Le choix de Chanel d’abattre des arbres pour un défilé a attiré les critiques de France Nature Environnement. En les mettant en lumière, nous ne soupçonnions pas une polémique d’une telle ampleur médiatique. Pourquoi un tel écho ? Car Chanel est un prescripteur de tendance1. Chanel donne le « La » de l’esthétique de demain.

Il a sonné faux le 6 mars dernier. Les décennies nécessaires à la croissance des arbres ont tranché avec la brièveté du défilé pour lequel ils ont été coupés. La « promesse de nature » était en décalage avec la réalité de l’opération. Les incertitudes sur le devenir des arbres abattus une fois le défilé terminé restaient nombreuses… A lui seul, ce défilé  a illustré quelques-uns des nombreux paradoxes auxquels la société est confrontée au sujet de l’exploitation des forêts : le bois est une ressource renouvelable, mais son utilisation doit être raisonnée.

Précisions livrées par Chanel : la marque peut (encore) progresser

Face aux critiques exprimées par France Nature Environnement, Chanel a tout d’abord annoncé replanter une « parcelle de 100 nouveaux chênes ». La maison de couture assure donc le renouvellement de la forêt après une coupe : autrement dit elle respecte simplement la loi.

Mais quel était le devenir des 508 bancs de peupliers et des 9 chênes coupés ? La marque aux deux C a fini par ajouter que les chênes seraient débités en planches, les peupliers transformés en pâte à papier et

1 Une aura entretenue avec des défilés « les plus fastueux de la profession » et un investissement annuel entre 800 millions et 1 milliard d’euros en publicité, marketing et promotion.

 

les branches fourniraient de l’énergie. Ces arbres auraient-ils évité la benne à ordure grâce à la polémique ? Quoiqu’il en soit, France Nature Environnement préfère cette option.

Est-ce pour autant l’idéal ? Pas vraiment. Pour France Nature Environnement, couper des arbres et utiliser du bois se justifient si l’on peut en garantir la meilleure valorisation possible, et pour la plus longue durée possible. Ainsi, pour les 508 bancs de peupliers, avant de devenir de la pâte à papier, Chanel aurait pu réutiliser ces bancs pour les mettre en boutique quelques années. Par la suite, ils auraient pu être proposés pour un concours de jeunes artistes, transformés en objets de mobilier ou de déco, ou encore bien d’autres

choses, avant de devenir finalement une pâte à papier sur lesquels jeunes et moins jeunes esquisseront leurs idées. C’est ainsi que l’abattage des arbres pour ce défilé aurait permis d’assurer de multiples utilisations pour une durée bien plus longue. Les connaisseurs appellent cela « la hiérarchie des usages du bois » et « l’utilisation du bois en cascade », deux notions qui, malheureusement, se limitent trop souvent à des déclarations d’intention.

Face aux questions, mettre la poussière sous le tapis n’a jamais permis d’avancer

Ce n’est pas la première fois que Chanel essuie des critiques sur le front de l’environnement. Cependant, une réaction de la marque a nettement manqué de classe : à  ceux qui ont tenté de lui poser des questions sur sa page Facebook, la marque a opté pour l’option camouflage. Un grand nombre de commentaires, pourtant polis, ont été jugés « indésirables » et ont donc disparu des publications de Chanel. Fermer les yeux n’a pourtant jamais fait disparaître un problème. France Nature Environnement réitère sa suggestion : si Chanel désire des conseils sur la tenue d’un défilé « nature » ET écologique, France Nature Environnement a bien des conseils à livrer pour le faire tout en respectant la biodiversité.

France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l’environnement. C’est la porte-parole d’un mouvement de 3500 associations, regroupées au sein de 73 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer. Retrouvez- nous sur fne.asso.fr, Facebook et Twitter (@FNEasso).