Publié dans On en parle dans la presse, Publication

Les bienfaits de la forêt

Parmi les nombreuses publications parues récemment au sujet des services rendus par la forêt au bien-être humain, l’article de Theodore A. Endery est particulièrement intéressant. D’abord parce qu’il apporte des données chiffrées indispensables, mais aussi parce que le ton est plutôt optimiste, ce qui est rare dans ce genre de sujet…

Ce professeur à l’Université de NYC, spécialiste des Sciences de l’Environnement et des Forêts, a publié en mars 2018 un article sur « les services écosystémiques essentiels au bien-être humain et à la biodiversité » que nous offrent les forêts urbaines.

https://www.nature.com/articles/s41467-018-03622-0

Le thème de la journée internationale des forêts 2018 (21 mars) était cette année 2018 : Forêts et villes durables.
D’après T. A. Endery, les citadins profitent grandement des arbres dans leur habitat ; « Notre défi mondial consiste à cultiver des forêts urbaines et à maintenir le bien-être humain et la biodiversité. »

Dans la forêt urbaine sont inclus « les parcs urbains et les forêts urbaines (> 0.5 ha), les parcs de poche et les jardins arborés, les arbres dans les rues ou sur les places publiques et tous les autres espaces verts ».
« Les zones urbaines représentent 4% de la surface terrestre mondiale ; plantées à densité moyenne elles pourraient contenir 121 Milliards d’arbres ».

Services écosystémiques des arbres :

  • Culture : spirituels, récréatifs
  • Approvisionnement : aliments, fibres, eau
  • Régulation : climat, lutte contre les inondations
  • Soutien : pollinisation, formation du solServices auxquels il faut ajouter le refroidissement de bâtiments par ombrage, et de l’air par transpiration ; l’atténuation du bruit ; le « nettoyage » de l’air et de l’eau.

    Capture d_écran 2018-05-09 à 12.04.01

    Dans le reste de l’article :

  • L’idée et le constat que l’argent pousse effectivement sur les arbres (!)
  • Les obstacles à l’amélioration des forêts urbaines
  • Les innovations en foresterie urbaine.Un article complet et passionnant, qui fait un point indispensable sur les connaissances d’aujourd’hui.
Publicités
Publié dans Actions

Éradication des lauriers envahissants première étape

Réunion n°1 de membres de l’association EFR :

Que voulons-nous, que pouvons-nous faire pour éradiquer les Prunus laurocerasus qui envahissent la forêt de Fausses-Reposes et qui sont une menace grave de sa biodiversité ?

Suite à l’autorisation d’intervenir accordée par l’ONF lors du dernier comité de forêt de Fausses-Reposes(12/06/2018), autorisation qui associe les associations EFR, ESPACES et l’ONF, nous avons tenu notre première réunion préparatoire le samedi 30/06/2018.

CR de la réunion n° 1 : lauriers réunion 1 30:06:18

Si vous souhaitez vous associer à cette action ou nous fournir des informations, contactez-nous !

Publié dans Brèves, On en parle dans la presse

Des tiques et des chevreuils

Y-a-t’il plus de tiques là où il y a des chevreuils ?

Y-a-t’il plus de maladies de Lyme là où il y a plus de tiques ?

Attention aux idées reçues ! L’INRA qui travaille depuis l’an 2000 sur ce sujet nous en apprend un peu plus !

En Europe, les tiques (l’espèce la plus fréquente étant Ixodes ricinus) se trouvent dans les forêts, prairies et jardins, sur des animaux sauvages et domestiques.
C’est la femelle tique qui pique et le repas sanguin qu’elle prélève sur son hôte sert à la maturation des oeufs.
Beaucoup de facteurs entrent dans la répartition et l’éventuelle abondance de ces parasites : par exemple les végétaux présents et la période de l’année, mai et septembre-octobre étant, souvent, des mois d’importantes quantités de tiques.

Les chercheurs de l’INRA ont montré que si la densité de tiques est plus importante là où il y a le plus de chevreuils, ceux-ci ne sont pas infectés par la bactérie borrelia responsable de la maladie.

Certains petits mammifères (campagnols, écureuils) et oiseaux multiplient efficacement les bactéries ; par exemple un animal introduit assez récemment (années 60) l’écureuil de Corée ou Tamia de Sibérie (Tamias sibiricus) est un véritable réservoir de borrelia.

Le chevreuil, lui, est un cul-de-sac épidémiologique pour le parasite.

http://www.inra.fr/Grand-public/Alimentation-et-sante/Tous-les-dossiers/Maladie-de-Lyme-et-infections-a-tiques/Recherches-Inra-maladie-de-Lyme-et-a-tiques

Pour compléter :  en Allemagne, les travaux de Matuschka Richter montrent que cerfs et chevreuils sont nos alliés contre la Borréliose de Lyme.

http://www.fdc67.fr/medias/fichiers/doc288.pdf

Publié dans Actions

Comité de forêt de Fausses-Reposes 12 juin 2018

Documents ONF : cgp_v2018_F-Reposes_EA2018_v2cgp_v2018_F-Reposes_coupes_non_vendues_v2ONF PPT COMITE DE FORET FAUSSE REPOSES 2018 envoi(1)cgp_v2018_F-Reposes_coupes_vendues_v2

La thématique de ce comité était : la biodiversité.

  1.  Présentation et état des lieux assurés par Marie Gourbesville, responsable du service environnement et accueil du public à l’ONF (Agence territoriale Ile-de-France Ouest) des rôles de l’ONF aux niveaux national et local et de la biodiversité en forêt ; cf doc ONF ci-dessus.
    L’ONF est un acteur important dans la préservation de la biodiversité.
  2. Présentation par J.C. Denard (de l’association Chaville Environnement) de la notion d’IBP « Indice de Biodiversité potentielle » et du travail réalisé jusqu’à présent en forêt de F-R ; grâce à des critères comme la présence d’arbres porteurs microhabitats, celle de bois morts sur pied ou de cavités de pics, un score de biodiversité peut être estimé chaque année pour chaque parcelle. Ces scores peuvent être comparés d’une parcelle à une autre ainsi que ceux d’années différentes pour une même parcelle.
    C’est un travail très intéressant pour lequel J.C. Denard a toujours besoin de main d’oeuvre bénévole…
  3. Discussions / échanges sur la problématique des plantes invasives en forêt de F-R, l’envahissement le plus remarquable en quantité et le plus dommageable étant celui des lauriers du Caucase ou lauriers cerise Prunus laurocerasus caucasica qui a fait l’objet d’une publication par l’association EFR l’hiver 2017-2018.
    – L’association EFR rappelle qu’elle a alerté à plusieurs reprises sur ce problème grave et qu’elle a demandé, sans succès jusqu’à présent, à pouvoir faire un projet de prévention et d’arrachage de ces envahissantes qui prennent la place des arbres de notre forêt et ne sont consommées par aucun animal.
    – Tous les participants s’accordent sur le fait que les maires pourraient faire publier dans leur magazine local un article demandant, en expliquant pourquoi, de ne pas planter cet arbuste dans leur commune.
    – L’association ESPACES d’insertion par des travaux écologiques a déjà opéré des arrachages grâce à leurs deux chevaux.
    – Mr Béal, directeur de l’agence ONF Ile-de-France, donne l’autorisation de préparer un projet pour lutter contre ce laurier, projet concernant l’ONF, l’association ESPACES et l’association EFR. (Youpi !)
Publié dans Actions, Opérations "Forêt propre"

Le Chesnay : opération forêt propre du 9 juin 2018

IMG_1714

Des enfants, un chien, une journaliste de l’Express, des bénévoles venus du 77, du 91, du 95 (grâce à la plateforme de la fondation FNH « jagispourlanature.org) et bien sûr ceux des associations AVECh (Association Vie et Environnement au Chesnay) et EFR (Environnement Fausses-Reposes) ; un moment sympathique de travail en commun pour nettoyer une partie de forêt de Fausses-Reposes, envahie de papiers, canettes, bouteilles en plastique, pièces détachées de voiture et autres barbecues en morceaux…

Espérons que ceux qui abiment la forêt et mettent en danger les animaux sauvages en laissant leurs déchets seront sensibles à la propreté retrouvée et auront à coeur de faire attention à leur environnement.

IMG_1701 2

Publié dans Galerie photos

Rencontre magnifique avec le Pic épeiche

 

C’est l’un des trésors de la forêt de Fausses-Reposes : en ce moment (fin mai – début juin) l’oiseau noir, rouge et blanc approvisionne continuellement son petit, qui crie tout aussi inlassablement depuis la cavité de ponte creusée dans un bouleau qui, bien que mort, garde toute son utilité écologique…